Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En éclairage public, la révolution technologique passe (aussi) par la formation

30 Mai 2015 , Rédigé par Henri Coulloumme-Labarthe

Le salon Lumiville, rendez-vous traditionnel des professionnels de l’éclairage urbain, se tient à Lyon du 2 au 4 juin 2015. C’est l’occasion d’évoquer cette filière méconnue qui connaît pourtant une vraie révolution technologique, tant du point de vue des équipements, avec la progression des luminaires LED, que des nouveaux usages avec l’avènement de l’éclairage « intelligent ».

Cette révolution doit permettre de répondre, dans les meilleurs délais, à un véritable challenge : enrayer la vague actuelle de suppression des installations d’éclairage public. Cette solution jusqu‘au-boutiste justifiée par le souci d’agir en faveur de l’environnement en libérant nos cieux des pollutions lumineuses est en réalité bien souvent engagée sur de seuls motifs économiques ; elle constitue un véritable retour en arrière, préjudiciable à la sécurité de nos concitoyens, et de manière générale pour le vivre-ensemble car la lumière maintient un lien essentiel dans les centres villes de nos communes.

Certes il est bien souvent justifié de réduire l’intensité lumineuse de l’éclairage aux heures nocturnes où les activités humaines sont les plus réduites, ce que pratiquent déjà un grand nombre de collectivités ; la lumière LED, plus souple que l’éclairage traditionnel, va non seulement permettre de remplir cette fonction mais également de mettre à disposition des habitants de nouvelles fonctionnalités pour faciliter la mobilité et la communication notamment.

A la clef, se trouvent des économies d’exploitation très conséquentes qui permettront aux collectivités de baisser durablement leurs charges d’électricité et de maintenance, tout en améliorant la qualité du service rendu aux usagers.

Ces perspectives passionnantes reposent néanmoins sur un engagement fort des acteurs de l’éclairage mais aussi des services techniques des collectivités à monter en compétence pour répondre à ces défis audacieux, en mettant en œuvre concrètement ces technologies, riches de fonctionnalités mais complexes. En regard des besoins de la filière, l’enseignement actuel en éclairage public reste très limité, même si celui-ci s’est enrichi récemment d’un premier Mastère en éclairage urbain porté par l’INSA Lyon à l’initiative du Cluster Lumière, seul cluster de la spécialité en France réunissant 180 entreprises et organismes autour de l’éclairage performant.

Concernant les niveaux Bac +3/4, deux licences pro Electricité/Electronique conduites par l’Université Champollion d’Albi et l’Université de Lorraine permettent de former de jeunes techniciens spécialisés en éclairage public et réseaux. En dehors de l’enseignement initial, les besoins sont immenses en formation continue pour actualiser les connaissances des employés de la filière sur les domaines techniques nouveaux liés aux LED, qu’ils soient optiques, thermiques ou électroniques.

L’organisme de formation OPUS LIGHT ambitionne de satisfaire à ce besoin à travers la délivrance de son titre Responsable en Eco-Eclairage, reconnu par l’Etat (titre RNCP - Registre National des Certifications Professionnelles - de niveau II) qui vise à former, à travers un parcours d’une trentaine de jours, des techniciens territoriaux, des responsables d’affaires ou de bureaux d’études. Ce titre est récemment accessible via le dispositif de VAE (Validation des Acquis par l’Expérience) pour les personnels pouvant justifier d’un savoir-faire lié à leurs pratiques professionnelles.

Afin de toucher le plus large public, Opus Light envisage de mettre en place des partenariats qui permettent de réunir les compétences des différents organismes de formation actuels en éclairage public pour dispenser la meilleure pédagogie. C’est le cas par exemple avec FORMAPELEC qui forme depuis 40 ans les professionnels du génie électrique et investit en 2015 sur les aires extérieures de son centre de Lyon pour créer une plate-forme pratique d’éclairage public. D’autres partenariats sont attendus pour renforcer le niveau de technicité de la formation, notamment sur la pratique de la conception lumière, complémentaire à celle de l’éclairage fonctionnel urbain.

L’objectif est de pouvoir assurer la formation à partir de début 2016 des premières promotions de Responsables en éco-éclairage dédiées à l’éclairage public, en permettant aux employeurs et aux stagiaires de bénéficier des financements liés aux titres certifiants dans le cadre de la récente réforme de la formation professionnelle, notamment le CPF (Compte Personnel Formation) qui remplace le DIF.

Partager cet article

Commenter cet article